Radio légumes & Cie

Le balado consacré à la culture et à l’entretien des plantes comestibles

https://radiolegumes.com

subscribe
share





Blanc et mildiou: deux maladies aux symptômes comparables














Cette émission est une présentation de Garant, créateur des outils Botanica.

















La présence du blanc est facile à identifier. On observe d’abord de petites taches vert pâle à jaunes, de forme circulaire à angulaire, qui se couvrent ensuite d’une poudre blanche, qui se développent sur la face inférieure des plus vieilles feuilles, celles qui reçoivent moins de soleil. La poudre blanche gagne ensuite la face supérieure des feuilles et les pétioles. La maladie se développe jusqu’à ce que les deux surfaces soient totalement recouvertes de blanc. Elle progresse du bas vers le haut du plant. Par la suite, en cas de grave infestation, les feuilles virent au brun, se fanent et meurent. Quand les pétioles des fruits sont infectés, la récolte est compromise.Au jardin, le blanc survit à l’hiver sur les tissus infectés et sur les mauvaises herbes. Les champignons se réveillent quand la température atteint 10 °C, et ils sont totalement développés à 26 °C. Une température supérieure ralentit la progression de la maladie. Une humidité relative de l’air de 70 à 80 %, même par temps sec, sans pluie, leur est bénéfique. De plus, un sol sec et d’importantes variations de température entre le jour et la nuit favorisent à l’apparition de la maladie du blanc. Les spores sont déplacées par le vent.La maladie du blanc attaque un grand nombre de plantes. Chez les légumes ce sont les betteraves, bettes à carde, choux, cerises de terre, concombres, courges, courgettes, épinards, haricots, laitues, melons, pastèques, piments, pois, poivrons, radis et tomates. Presque tous les fruitiers sont attaqués : abricotiers, amélanchiers, camerises, cassis, fraisiers, framboisiers, gojis, groseilliers, houblons, kiwis rustiques, mûriers des jardins, poiriers, poiriers asiatiques, pommiers, pruniers et vignes.De manière préventive, dans la mesure du possible, on utilise des variétés résistantes. Elles sont généralement identifiées dans les catalogues des semenciers et des pépiniéristes. On n’arrose pas les feuilles des plants lorsque la température extérieure est élevée. On espace suffisamment les plantes de manière à permettre une bonne circulation de l’air. On peut aussi, quand l’espèce s’y prête, éclaircir son centre afin d’éviter une concentration d’humidité. On désherbe, puisque de nombreuses herbes indésirables sont attaquées par la maladie du blanc. On évite les engrais trop riches en azote.Quand les symptômes apparaissent, on coupe et on supprime les parties atteintes, puis on traite avec une solution de soufre, de prêle, d’acide lactique et d’acide citrique ou de bicarbonate de soude. Une vaporisation du feuillage toutes les semaines avec de l’eau et du lait écrémé est efficace pour contrôler la maladie.Les symptômes de la maladie du blanc peuvent facilement être confondus avec la maladie des taches anguleuses, surtout présentes chez les cucurbitacées et le mildiou.Le mildiouIl est caractérisé par des taches vert pâle qui apparaissent sur le dessus des feuilles. Le dessous des feuilles se couvre généralement d’un feutre gris à pourpre parsemé de points noirs visibles. À mesure que l’infection progresse, les lésions jaunissent, puis brunissent et les feuilles meurent. Étant donné qu’il existe plusieurs espèces de mildiou, les taches peuvent avoir des formes différentes, notamment anguleuses.Comme le mildiou a besoin de tissus végétaux vivants pour se perpétuer,...


share







 2021-07-01  26m